Mes 12 looks favoris à la finale du concours ELITE MODEL Nigeria.

(à gauche: Elohor Aisen, à la tête de l’agence de mannequins #1 du Nigeria, dans une robe Osman et des chaussures Alexander Wang.

A droite, la fondatrice de la chaîne d’entertainment africaine EbonyLife TV, Mo Abudu, dans une robe issue de la collection Croisière 2013 de Givenchy).

Je ne sais pas vous, mais il fût une époque où j’adorais grignoter en parcourant les blogs (et surtout les commentaires !) des blogs de gossips afro-américains. Bah oui quoi, y-a-t’il mieux pour se détendre que de descendre son Sorbet à la mangue en lisant des échanges survoltés au sujet d’une guerre entre deux chanteuses R&B ? Bon, hé bien, ça, c’était avant. Ou disons que la géographie a changé, mais le principe reste le même. Parce que croyez-moi, côté star-système africain (et dans ce cas précis, nigérian), c’est tout aussi croustillant voire plus !

Pour quiconque ne vit pas sur place, les photos de tapis rouge d’événements organisés à Lagos sont un bon indicateur. Pour ma part, c’est même un thermomètre de tendances. Raison pour laquelle j’essaie de toujours me tenir informée de ce qui se passe dans la sphère Média/Culturelle/Showbiz via la dizaine de sites nigérians sur lesquels je fais de la veille parce que quelque part, c’est (un peu) mon job d’être au courant de ce genre de choses.

Et d’ailleurs. Depuis que je surveille les Red Carpets nigérians de manière hebdomadaire (y a quasiment au moins UN grand événement à Lagos par semaine), j’observe que:

- il y a de plus en plus de stars africaines venues d’autres pays, et qui essaient tant bien que mal de se faire connaître en assistant à pratiquement TOUS les événements dans la ville. Je pense notamment à une certaine chanteuse d’Afrique de l’Est, qui veut tellement se faire accepter dans le cercle des « A-List » locaux qu’elle frôle le ridicule assez souvent.

- il y a de moins en moins de retard dans le stylisme: vous vous en doutez, en Afrique de manière générale, des tendances vestimentaires aux films, on reçoit toujours tout avec des mois, voire des années de retard. Mais ça, c’était avant l’accès de plus en plus large à la technologie, et la professionnalisation des métiers de l’image, ce qui réduit les délais. Résultat: une robe de créateur peut être portée par une célébrité aux Etats-Unis et une autre au Nigéria quelques semaines après (n’oublions que certains stockent aussi les produits sur place).

- le boom des socialites nigérians: je m’aperçois qu’aux événements à Lagos, il y a de plus en plus de gens que l’on voit hyper-lookés sans savoir ce qu’ils font dans la vie. Ils sont invités partout, et on les connaît comme étant des « amis de » stars, parfois ils décrochent des interviews ici ou là, mais dans l’absolu, ils n’ont pas de métiers en tant que tels.

- je crois l’avoir déjà dit, mais de manière globale, les stars nigérianes s’habillent de mieux en mieux. OUI, c’est encore trop lourd (trop de mèches brésiliennes jusqu’aux chevilles, trop de fond de teint..), mais il y a de meilleures coupes dans les vêtements choisis, les couleurs sont un peu plus harmonieuses, bref ! On sent qu’ils ont de plus en plus recours aux stylistes et personal shoppers. C’est un des effets bénéfiques de la prolifération des blogs, qui se font un malin plaisir de descendre les fashion faux-pas.

- j’observe aussi un équilibrage entre marques de luxe occidentales et marques locales. Bien sûr, en matière de maroquinerie et chaussures, Céline, Vuitton, Chanel et Balenciaga l’emportent et de très loin. Mais pour le prêt-à-porter, beaucoup d’actrices, chanteuses ou animatrices radio/TV n’hésitent pas à s’habiller avec des créateurs locaux. D’ailleurs, je rentrerai dans les détails sur ce dernier point lors de mon post sur ma discussion avec D. Alara, rédac’chef du magazine nigérian Style Mania. En attendant, petit tour en images des looks que j’ai bien aimé lors de la finale du concours de mannequins ELITE qui a eu lieu à Lagos y a une dizaine de jours.