Chronique de l’Abidjanie: visite du pop-up store « La petite boutique »

Samedi 9 décembre 2017, je me suis rendue au lancement de la 3ème édition « La Petite Boutique« .

58945f2a-160b-4ae1-bdb2-bd1afb68c76e
Située dans une coquette villa rue des Jasmins, au sein du quartier bourgeois de Cocody Danga, La Petite Boutique est un concept de Pop-Up Store destiné à la promotion de jeunes stylistes locaux. Pour cette édition, on a pu voir les créations de la marque YKAZ et Amara Koné entre autres.

T-shirts, sacs à main, et pantalons cintrés côtoient des robes de cocktail qui seront probablement très prisées pour les festivités de fin d’année.

35a645af-0269-451f-89b5-a44cc9d0ed2b
On peut s’interroger si oui ou non les Pop-Up Stores (ou boutiques éphémères en français) sont adaptées aux jeunes designers africains. Pour ma part, je serai tentée de répondre « Oui » et pour plusieurs raisons:

– le Pop Up Store est idéal pour les petites quantités
– le côté éphémère pousse la clientèle à passer plus rapidement à l’achat
– ça permet de faire des ventes physiques sans la (lourde) logistique et frais associés d’un magasin
– cela permet aux designers inconnus de se faire connaître

Je pourrais creuser encore, tant les points positifs sont nombreux. Seulement, il faut également souligner qu’un Pop Up Store n’est pas une solution sur la durée. En effet, ça constitue une rampe de lancement mais celle-ci a des effets limités sur le temps. Enchaîner les ventes ponctuelles ne saurait donc suffire à transformer une petite ligne de vêtements en marque établie, s’il n’y a pas une stratégie plus élaborée en amont.

Pour en revenir à La Petite Boutique: ne sachant pas si je suis habilitée à communiquer les chiffres d’affaires lors des deux précédentes éditions, je peux seulement dire que l’attrait de la clientèle (25-40 ans, CSP+, Citadine) se confirme d’une édition à l’autre, avec environ 500.000FCFA de ventes quotidiennes, et un panier moyen entre 34.000FCFA et 70.000FCFA par acheteur. Un concept prometteur, donc.